Etude de marché - Les tendances d'achat running 2021 en France

Ce n’est un secret pour personne. Avec plus de 9 millions de pratiquants en France, la course à pied c’est le sport à la mode chez les actifs ou les pros du télétravail. Est-ce vraiment surprenant ? On dit que c'est un sport "gratuit" et "pratique" : il suffit d’une paire de running et l’envie de Forrest Gump pour se mettre à courir. Mais la réalité est bien différente. Pire, ce serait l’un des sports les plus coûteux (compter 476€ / an pour les courses et les équipements) ou chaque euro est scrupuleusement investi par les coureurs. Bomolet a mené une étude sur les tendances d'achat running auprès de 1120 passionnés français pour décrypter leurs attentes en matière d’équipements de running. Si les attentes techniques sont évidentes, de nouvelles perspectives s'apprêtent à bouleverser le fonctionnement des grandes marques de running.

Le profil des coureurs

Avant de parler de ce que le coureur achète, parlons de lui. D'après notre étude, le coureur est un homme âgé entre 36 et 44 ans (mesdames on ne vous oublie pas mais les messieurs ont été plus nombreux à répondre) qui aime courir seul à une fréquence de trois fois par semaine majoritairement. Pourquoi court-il ? Et bien pour décompresser, garder la forme et performer.

Le premier critère d'achat historique : le rapport qualité / prix.

C’est sans surprise que nous découvrons que le plus important pour le coureur, c’est un bon rapport qualité prix pour son vêtement. Lorsqu'on parcourt des kilomètres et des kilomètres, il est évident que l'on veut de la qualité sur son dos.

Prenons l’exemple du t-shirt, le coureur veut un t-shirt de qualité. Mais, ça veut dire quoi au juste ? Et bien, il doit être léger, respirant et sans frottement pour être assuré d’être à l’aise lorsqu’il remue ses mollets. Pour ce qui est du prix, la grande majorité déboursera au maximum 30€.

Le coureur veut un t-shirt technique avec des aspects spécifiques mais ce ne sont pas ses seules attentes. Il est aussi de plus en plus sensible aux enjeux sociaux et écologiques actuels.

 

L'émergence de nouvelles attentes d'achats : des vêtements de running écoresponsables.

Plus qu’une prise de conscience, les coureurs mettent en place des actions pour préserver leur terrain de jeu. On a constaté que 96% des sportifs interrogés affirment essayer de réduire leur impact environnemental par de petits gestes quotidiens.

Ainsi, dans cette même lancée, on ressent clairement une envie de changement de leur part et cela se traduit par des attentes précises en matière d’écoresponsabilité :

  • 73% veulent un vêtement produit à partir de fibres recyclées;
  • 80 % disent préférer une production locale ;
  • 82% réclament de la transparence dans les conditions de fabrication.

Sur ce dernier point, le coureur veut faire un achat en pleine connaissance de cause. Il veut un vêtement fait dans le respect des hommes et de leurs conditions de travail. 

Enfin, une grande partie des coureurs (85%) ne s'est jamais lancée dans l’achat d’un vêtement running fait en fibres recyclées car ils ne connaissent tout simplement pas de marques qui en proposent.

Une chose est sûre, le coureur de nos jours a pour priorité de courir dans les meilleures conditions possibles avec un t-shirt alliant qualité et technicité. En plus de la qualité, l'écoresponsabilité prend une part de plus en plus importante dans le choix du produit. Mais, à quel prix ?

Un paradoxe inattendu

Grosso modo, le coureur veut un t-shirt technique mais aussi durable. Alors forcément, la quasi-majorité était partante à payer plus pour de l’écoresponsable. Ça tombe bien puisque produire localement à partir de matières recyclées ça coûte plus cher. Mais in fine, on remarque que seulement un tiers des coureurs est réellement prêt à ce jour à s'acquitter de ce "juste prix".

Alors oui, les coureurs veulent du changement mais tous ne sont pas encore prêts à payer le prix de ce changement. Comprendre ce qui se cache derrière un prix demande du temps. C'est un changement de mentalité qui progresse doucement mais sûrement. Ce qu’il faut donc retenir, c’est qu’on est sur la bonne voie !

Et Bomolet dans tout ça ?

 

Étant des acteurs du running, on a voulu agir et faire quelque chose qui nous ressemble. C'est pourquoi on a choisi de proposer des vêtements de running faits à partir de fibres recyclées, fabriqués en France et surtout d'être entièrement transparent sur nos conditions de fabrication. Et on espère avoir le plaisir de faire quelques km à tes côtés. Si tu veux en savoir plus sur notre histoire, c'est par ici que ça se passe.

 

Nos sources :
Notre étude
Ouest France - Le running en France, un marché qui rapporte